OLIVIER

OLIVIER

3 livres qui ont changé ma vie

L’article suivant s’inscrit dans le cadre de l’événement mensuel « A la croisée des blogs ». Ce mois-ci l’organisateur est Olivier Roland du blog « des livres pour changer de vie » avec ce thème : les 3 livres qui ont changé notre vie.

Quels sont les 3 livres qui ont changé ma vie ? Au début, cette question m’a rappelé le roman de Nick Hornby « Haute Fidélité » où les personnages n’arrêtent pas de faire des listes pour comparer leurs goûts musicaux avec des listes du style : « le palmarès des chansons pour les Lundis matin » ou encore « les 5 meilleurs solos de guitares ». Amusant donc à première vue, mais à première vue seulement … La bataille fut rude, les choix cornéliens – je pense déjà aux nombreux auteurs qui seront à ramasser à la petite cuillère en apprenant qu’ils ne sont pas dans ma liste – mais voici mon top 3 des livres qui ont changé ma vie :

podium-livres2 

1 – Secrets etc .. de Yannick Noah
Yannick Noah, écrivain ? Et pourquoi pas chanteur ? Oui, je sais, ça peut surprendre mais force est de reconnaître que ce livre mérite son titre de « livre qui a changé ma vie ». J’ai lu ce livre en 1999, j’avais 19 ans. On se dit parfois en lisant un livre « mais pourquoi je n’ai pas lu ce livre plus tôt ? ». J’ai dû me répéter cette phrase environ une fois par chapitre tellement son contenu correspondait à ce que je recherchais. Ce livre n’est pas une autobiographie mais plutôt un livre de conseils issue de la carrière de Yannick Noah. Partant du constat que sa carrière de tennisman ne lui a pas apporté un complet épanouissement – voire une certaine frustration – il livre au fil des pages ses solutions et sa vision des choses en s’appuyant à chaque fois sur ses expériences personnelles. En d’autre termes, il nous offre un formidable feedback sur sa carrière d’athlète de haut niveau et d’homme.

Grâce à ce livre, j’ai découvert l’importance de savoir se fixer des objectifs. C’est en lisant ce livre que je me suis dis : « voilà ce que je veux faire ». Ça fait maintenant 10 ans que j’ai lu ce livre, et même si bien souvent le courant des choses nous fait dériver du cap initial que l’on s’est fixé, je suis toujours la route que ce livre m’a tracé. Je l’ai relu cette année et une chose m’a beaucoup frappée. Depuis maintenant 1 an, j’ai lu de nombreux auteurs de développement personnel comme Stephen Covey, Napoleon Hill, Jim Rohn ou Tim Ferriss. J’ai beaucoup appris de la lecture de ces livres. Mais en relisant le livre de Noah, j’étais bluffé de constater que tout ce que ces livres m’ont appris était déjà contenu dans le livre de Noah. Tout : l’importance de l’objectif, l’importance du mental et de la concentration, adopter une attitude positive, savoir entrer dans la zone, l’importance du don …
Comme quoi, il faut parfois du temps pour prendre conscience des choses et les assimiler …

 2 – La semaine de 4 heures de Tim Ferriss
Ce livre détient un record : C’est le livre que j’ai lu le plus rapidement de ma vie (1,5 j.). Il me semble d’ailleurs que les éditeurs songent à inclure cette anecdote dans la prochaine réédition du livre. Le titre annonce à la couleur : « la semaine de 4 heures : travaillez moins, gagnez plus et vivez mieux ! ». Et effectivement, le livre regorge de conseils pour atteindre ces 3 objectifs. Bon, pour ce qui est de ne travailler que 4 heures par semaine, je crois que le chemin doit être un peu plus long que ce que laisse supposer l’auteur.
Ce qui est génial dans son livre, c’est que Tim Ferriss pousse sa logique à fond et offre une vision sans concession sur l’obligation de se focaliser sur e qui est vraiement important. « Etre occupé n’est bien souvent qu’une façon d’éviter ce petit nombre de choses cruciales mais désagréables auxquelles nous devrions nous atteler. »

Beaucoup voit dans le livre de Tim Ferriss un manuel pour être plus productif ou pour monter un business en ligne ou encore pour savoir voyager malin. Et c’est vrai que le livre répond à ces questions. Mais, je trouve qu’il y a aussi dans ce livre une profondeur que l’on souligne rarement. C’est le premier livre que je lis qui parle si ouvertement et si frontalement de la peur. Il n’est jamais évident d’avouer aux autres et à soi-même que l’on a peur. Voici d’ailleurs pour moi la plus belle phrase du livre : « Ce que nous avons le plus peur de faire est ce que nous avons le plus besoin de faire ». Je trouve cette phrase mille fois plus intéressante que de savoir s’il faut ou pas externaliser en Inde la réalisation de ses cartes de vœux ou si le drop-shipment est la panacée pour devenir riche.

Ce livre m’a aussi appris l’art de l’élimination. Que ce soit au travail, à l’école, avec les autres ou dans les médias, il faut cesse être dans une dynamique de développement : toujours plus, plus, plus. Plus de marchés, plus de relations, plus d’activité, plus de « réactivité », plus de disponibilité … Pourtant, si l’on veut atteindre un objectif élevé, la première règle à suivre est d’éliminer tout ce qui ne concourt pas à cet objectif. Cette manière d’aborder les choses rappelle la méthode GTD où pour commencer à être productif il faut d’abord commencer par faire le ménage. « Mons égal plus » est mon nouveau crédo.

 

3 – Ces idées qui collent de Chip et Dan Heath :
Le match pour la 3ème place fut vraiment redoutable. Parmi les valeureux concurrents, on trouvera : « L’homme aux deux cerveaux » de Dan Pink, « S’organiser pour réussir » de David Allen, « Comment se faire des amis » de Dale Carnegie, « Presentation Zen » de Garr Reynolds ou encore « Citadelle » de Saint-Exupéry.
Pour ce qui concerne « L’homme aux deux cerveaux » et « Comment se faire des amis », on en reparlera prochainement sur ce blog.
Pour « Getting Things Done », j’apprécie l’effort de formalisation d’une méthode d’organisation et j’adhère à ces principes (la notion d’engagement et « l’esprit comme l’eau » ont été pour moi de belles prises de conscience). En revanche, quand David Allen se met à nous expliquer à quoi sert une corbeille à papier ou à nous vanter l’intérêt supérieur des trombones, je décroche un peu …
Pour « Presentation Zen », ça s’est joué de peu pour qu’il n’arrive à la 3ème place. Ce blog simpleslide s’inspire à 150% du travail réalisé par Garr Reynolds. C’est en découvrant par hasard une vidéo de Garr Reynolds sur Internet que j’ai décidé d’approfondir le sujet. « Presentation Zen » est un très beau livre, mais pour le coup je trouve que la vidéo est plus forte que le livre.

Venons-en à « Ces idées qui collent ». Comment conçoit-on une idée qui colle, c’est à dire une idée qui restera dans l’esprit de votre interlocuteur ? Tout le monde veut savoir ce genre de choses, n’est-ce pas ? Et bien le livre explique comment pas à pas. Autour de 6 principes clefs (simplicité, inattendu, concret, crédibilité, émotion et histoire), les frères Heath dévoilent chapitre après chapitre les meilleurs conseils pour faire passer ses idées. Dans un monde dominé par la communication, ce savoir est extrêmement précieux. Premièrement, pour être plus efficace dans sa communication. Et deuxièmement, pour mieux décrypter comment on essaie parfois de nous manipuler. Un livre qui tient ses promesses.