OLIVIER

OLIVIER

Votre mission n’est pas votre métier : l’exemple de Kodak + les conseils de Guy Kawasaki

 photo

J’écoutais la semaine dernière l’émission « Rue des entrepreneurs » sur France Inter qui avait pour titre « Innover pour rebondir ». Parmi les intervenants de l’émission, un témoignage m’a particulièrement marqué, c’est celui de Brice Challamel, dirigeant de la société de conseil Act One et auteur du livre « Le Matin du 8e jour : Du créateur individuel à l’innovation collective « .

Stagiaire chez Kodak en 1993, il explique comment Kodak a raté le virage du numérique. Selon lui, la principale cause de cet échec provient du fait que l’entreprise Kodak n’était plus structurée sur sa mission (apporter l’image au plus grand nombre) mais sur ses métiers (grosso modo fabriquer et développer des pellicules de nitrate d’argent). Alors que pour le consommateur final il est relativement aisé de passer d’un appareil photo argentique à un appareil numérique, pour un chimiste passer de capter la lumière sur une pellicule à base de nitrate d’argent à des capteurs numériques c’est le jour et la nuit. Kodak était dirigée par des chimistes pour qui la technologie numérique n’avait absolument aucune place dans leur vision du monde et dans leur organisation. En résumé, ils avaient fossilisés la mission de leur entreprise dans des fonctions.

 Et vous ? Vous avez un métier, des compétences. Mais à titre individuel : quelle est votre mission ? Quelle est votre « raison d’être » ? Quelle contribution voulez-vous apporter ?

Pour s’offrir de nouvelles opportunités, il peut être intéressant est indispensable d’avoir une vision claire de sa mission (aussi bien professionnellement qu’à titre privé). L’exemple de Kodak doit nous inviter à dissocier notre mission des compétences (acquises ou à développer) nécessaires à la réalisation de cette mission.
Comme je vous sens tout stressé face au caractère impérieux de définir votre mission, laissez-moi vous présenter une personne qui vous sera d’un précieux conseil pour réussir cet exercice. Guy Kawasaki est un célèbre entrepreneur Américain et ancien de chez Apple dont le livre L’art de se lancer : Le guide tout terrain pour tout entrepreneur est bourré de conseils pour tous ceux qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat. Les deux conseils qui suivent sont issus de ce livre et sont – à première vue – plus destinés au monde de l’entreprise, mais ils me semblent également adaptés à la vie personnelle de chacun.

Conseil n°1 – Votre mission doit créer du sens : Le sens ça n’a rien à voir avec l’argent, le pouvoir ou le prestige. Selon Guy Kawasaki, votre mission doit rentrer dans au moins une de ces quatre catégories :

  • Faire du monde un monde meilleur

  • Améliorer la qualité de vie des gens

  • Réparer un préjudice terrible

  • Empêcher la fin de quelque chose de bien 

Pour vous aider à mieux définir votre mission, Guitou propose l’exercice suivant : Complétez cette phrase : Si votre organisation ne devait jamais exister, le monde serait pire parce que ……………………

Conseil n°2 – Formulez votre mission sous forme de mantra : La définition de la mission des entreprises donne généralement un résultat très médiocre : on cherche à plaire au plus grand nombre (employés, clients, actionnaires) à l’aide des formules abstraites et juste compréhensible par celui qui l’a écrit (et encore …). Exemple : Devenir le leader international de l’industrie spatiale en déployant des innovations issues d’un travail d’équipe et des initiatives stratégiquement ciblés.Simplifiez votre mission dans un mantra joli et court. Un mantra efficace doit permettre à chaque personne de l’entreprise – du simple employé au PDG – de pouvoir agir. Voici quelques mantras d’entreprises / organisations célèbres :

 mantras-copie2

Ne confondez pas « mantra » et « slogan ». Un mantra est destiné aux employés. C’est le fil conducteur de qui les inspire dans leur travail. Un slogan s’adresse à vos clients. Le mantra de Nike est « Athlète source d’inspiration » mais son slogan est « just do it ».

Pour Guy Kawasaki, créer du sens est la motivation la plus puissante qui soit; et il lui a fallu 20 ans pour comprendre cela.