framework-7-habitudes

Et vous, quel est votre « framework » pour vendre vos idées ?

Savoir vendre une idée est difficile. Une idée, c’est invisible, impalpable. C’est surtout une création de VOTRE esprit. Et comme votre esprit est différent de celui de vos interlocuteurs, il est encore plus difficile de transmettre avec précision toute la richesse de ce que l’on pense. Il existe portant un outil très puissant qui vous permettra de faire passer votre message avec efficacité. Il s’agit du « framework ».

 

Qu’est-ce qu’un framework ?

 En anglais, le mot « framework » signifie système, plan, schéma. J’ai volontairement souhaité garder le mot anglais car les traductions françaises ne me conviennent pas totalement. Un « framework » est simplement la représentation visuelle de votre idée. Il s’agit bien souvent d’un schéma simplifié qui peut tenir sur une simple page et illustre les différentes composantes de votre idée.

Pourquoi vous devez avoir un framework

Que vous soyez créateur d’entreprise, formateur, cadre ou tout simplement quelqu’un avec un projet en tête, vous devez avoir votre propre framework. Voici 5 raisons de concevoir votre framework.

1 – Un framework matérialise votre idée

Voici une règle de base du marketing : « Ce qui ne se voit pas, n’existe pas. » Tant que vous n’aurez pas rendu votre idée visuelle, elle n’existera pas dans l’esprit des gens que vous voulez convaincre (ou du moins avec beaucoup moins de force).Le simple fait de poser votre idée sur papier à l’aide d’un croquis va rendre votre idée plus tangible et plus facile à communiquer.

2 – Un framework facilite la mémorisation

« Quand j’entends, j’oublie. Quand je vois, je retiens. Quand je fais, je comprends. » Cette phrase attribuée à Confucius montre bien l’intérêt d’avoir son propre framework. Si vous communiquez votre idée uniquement de manière orale, il y a de fortes chances pour que votre idée tombe rapidement dans les oubliettes du cerveau de votre interlocuteur. Dans son livre « les 12 lois du cerveau », le docteur John Medina démontre que le sens visuel dépasse tous les autres. Si vous voulez que les gens se souviennent de votre idée, montrez là leur.

3 – Un framework oblige à aller à l’essentiel

Concevoir un framework comporte un risque : celui de déboucher sur une usine à gaz. Votre schéma doit être compréhensible du premier coup d’œil. C’est ici que réside la principale difficulté. Votre framework doit montrer la richesse de votre concept mais sans tomber dans l’explication approfondie ou trop complexe. Les meilleurs frameworks que j’ai pu analyser ont ce subtil équilibre. D’un côté, il donne une compréhension instantanée du message. D’un autre côté, il donne envie d’en savoir plus.

4 – Un framework est un formidable outil de persuasion

Voici certainement le bénéfice le plus important d’avoir votre propre framework. En montrant la représentation visuelle de votre idée, vous allez inconsciemment imposer votre schéma de pensée dans la tête de votre interlocuteur. Lorsque vous parlez à quelqu’un, celui-ci se construit sa propre représentation mentale de ce que vous lui dites à partir de son cadre de référence. Il imagine (notez bien le mot « image » dans imagine). En proposant, à l’aide d’un framework, votre propre représentation visuelle de votre idée, vous influencez le processus d’imagination de votre interlocuteur.  Vous lui donnez un support tangible sur lequel il peut se faire son opinion.

5 – Un framework vous positionnera comme expert

Les exemples présentés ci-dessous en sont la démonstration. Certains experts ont fait de leur framework de véritables outils marketing qui leur permettent de vendre leur expertise à prix d’or.

Quelques exemples de framework

Stephen R. Covey et ses 7 habitudes

 

Stephen Covey est l’auteur du livre « les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent », un ouvrage de référence dans le domaine du développement personnel. La première fois que l’entend parler de ce titre, on se dit « Mais quels sont ces 7 habitudes ? » Stephen Covey les a réunies dans un schéma qui, non seulement, les présente mais montre la cohérence de ces différentes habitudes. Retenir 7 choses est quelque chose de difficile pour le cerveau, le schéma est donc organisé autour de 3 parties pour en faciliter la mémorisation.

Olivier Roland et le triangle de la réussite

  

  Olivier Roland est un blogueur français, auteur du blog « des livres pour changer de vie ». Il s’est également spécialisé dans le blogging professionnel. Dans ce cadre, il a organisé sa pensée autour d’un schéma extrêmement simple mais également très efficace : le triangle de la réussite. Il aurait pu se contenter d’une simple liste à puces pour présenter ses idées. En formulant ses idées à l’aide d’un schéma il leur donne une dimension supplémentaire. Le schéma exprime l’importance de ces 3 points et leur cohérence entre eux. Si vous enlevez un point, votre blog ne marchera pas. Je le répète, le schéma est très simple mais on voit tout de suite que derrière on peut ramifier chaque point pour rentrer dans le détail. C’est d’ailleurs ce que fait Olivier Roland à travers une formation sur le blogging.

David Allen et sa méthode Getting Things Done

La méthode Getting Things Done est une méthode d’organisation personnelle. Cette méthode est formalisée dans un process mapping (schéma de processus). Le schéma tient sur une page et résume toutes les différentes étapes de la méthode GTD. Ce simple schéma à contribué à faire du livre Getting Things Done un best-seller.

 Business model generation et le business model canevas

Comment expliquer simplement et concrètement comment un business gagne de l’argent ? Avec un bon vieux schéma, pardi ! Le livre business model generation propose un « canevas » pour visualiser les différentes composantes d’un business model. Une fois de plus, le schéma permet de mettre en lumière l’imbrication et la cohérence des différents éléments les uns avec les autres. Faites l’exercice par vous-même : Prenez le business dans lequel vous travaillez et complétez le canevas, ça marche ! Voici une autre force d’un bon framework : on peut se l’approprier facilement.

Chris Anderson et la longue traîne

Quiconque travaille dans l’e-commerce connaît ce graphique. Il résume à lui seul toute la nouvelle économie. En fait, le concept de la longue traîne est indissociable de son visuel (pour preuve, il est en couverture du livre). Faites l’expérience d’expliquer ce concept avec ou sans le schéma à quelqu’un qui n’en a jamais entendu parlé, vous verrez tout de suite la différence !

Je pense que dans les mois à venir, je vais préparer d’autres articles sur ce thème de la visualisation de l’information. Pour m’aider à vous proposer des articles qui répondent à vos attentes, pourriez-vous répondre à la petite question ci-dessous. Merci d’avance pour votre contribution :

11 Comments

  • Romain

    Reply Reply 25 mai 2011

    Très interressant Olivier. :)
    Le framework a l’avantage dans un premier temps d’organiser son idée soit même.
    Ce n’est pas forcément évident d’organiser son idée pour soi.
    Afin ensuite d’effectuvement mieux la partager. Je trouve les logiciels de mindmapping très utiles pour ce genre d’exercice

    • Olivier

      Reply Reply 31 mai 2011

      Merci pour ton commentaire Romain. Les mindmaps sont effectivement la base pour commencer un travail de représentation visuelle de ces idées.

  • MariePierre

    Reply Reply 25 mai 2011

    toute la difficulté est de schématiser ses idées !!!
    autrement dit, moi qui veut créer mon site web, vous me conseillez de faire un framework !!! ^-^

    • Olivier

      Reply Reply 31 mai 2011

      Un framework ou plus simplement l’arborescence de votre site

  • apwn

    Reply Reply 26 mai 2011

    Je suis d’accord avec toi. Avoir un plan et surtout le montrer en tant qu’image apporte bien plus que de l’expliquer. Cela permet à visualiser l’ensemble et à comprendre le propos tenu par l’auteur du Framework.

    Après bien sûr, le Framework n’est pas l’ensemble du boulôt. Il faut savoir l’expliquer le vendre et le répéter aussi souvent que possible pour favoriser la mémorisation.

    J’adore celui de la longue traine, simple et parlant !

    • Olivier

      Reply Reply 31 mai 2011

      D’accord avec toi. On imagine pas l’impact que peut avoir un schéma dans l’esprit des gens tant que l’on a pas essayé.

  • tarek

    Reply Reply 27 mai 2011

    Entièrement d’accord, même si j’ai tendance à ne pas trop utiliser les schémas dans mon travail.

    D’ailleurs j’ai vu un exemple très intéressant sur un blog concernant la connaissance : spécialisation vs généralités

    http://secdz.blogspot.com/2009/08/la-specialisation-cest-aussi-quoi-lire.html

    En passant, très intéressant ton blog, et grâce (à cause ?:)) à toi je n’arrive plus à suivre les présentations « lamentables » :)

    • Olivier

      Reply Reply 31 mai 2011

      Merci pour le lien. Je suis complètement d’accord avec le contenu de l’article et les schémas proposés. Intuitivement, c’est comme ça que j’aurais présenté les choses.

  • Olivier

    Reply Reply 2 juin 2011

    Tout a fait d’accord les framework sont tres utiles pour aborder une problematique, formaliser ou partager ses connaissances.

    Personellement j’utilise :

    – les design pattern et anti pattern : pas uniquement en informatique !
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pattern

    – je synthétise mes connaissances avec des mindmaps ou cartes systemique, un crayon suffit !
    http://www.creativite.net/mindmap-schema-heuristique-topogramme-9/
    http://www.thinkbuzan.com/fr/

    – j’ applique aussi les conseils  » zen to done » et « focus » de Leo Babauta
    http://zenhabits.net/zen-to-done-ztd-the-ultimate-simple-productivity-system/

    – l’idée aussi de résumer et partager ses lectures du programme pmba est tres sympa
    http://www.pmba.fr/

    – je m’interesse en ce moment a l’art de faire des presentations et essaye d’appliquer les conseils des gurus du domaine (Garr Reynolds, Weissman, Nancy Duart) en prenant aussi exemple sur simpleslide et les conferences Ted !

    Ton blog est toujours tres interessant

  • Olivier

    Reply Reply 3 juin 2011

    Le crowdsourcing est egalement un framework utile pour tester une idee !

  • Samuel

    Reply Reply 9 juin 2011

    A bien des égards, ce « framework » est très proche de la pratique ancienne des « théâtres de mémoire », soit cette mnémotechnique qui consiste à assigner à un élément d’une image un contenu textuel dont on voulait se souvenir.

    D’ailleurs, je bâtis souvent mes présentations en me basant sur cette technique : à chaque image son argument. Cela allège énormément les présentations…

    Une petite lecture utile en passant : http://amzn.to/mTYF5F

Leave A Response

* Denotes Required Field